La Grottes des Nains sur Les Chapelles

Localisation GPS : N 45° 35.564 E 006° 42.935 (1620m)

Ref : Société d'Histoire et d'Archéologie d'Aime

Texte (Pierre Ougier-Simonin) provenant du bulletin N°17 (Novembre 1995)

Etude de la Grotte des Nains

A la demande de la municipalité relayée par M. Michel Barnier, Président du SIVOM de Haute Tarentaise, l'ADRAS est intervenue pour étudier le remplissage d'une petite cavité en altitude sur la commune Les Chapelles, canton de Bourg-Saint-Maurice.
Les bénévoles de la société ont travaillé en été de 1986 à 1989, à 1100m d'altitude pour effectuer les relevés extérieurs d'une cavité ouverte au pied d'une barre rocheuse près du hameau du Grand Crêt. Ont participé au travaux Mlles Cécile Veyre, Maryline Bordet, Catherine Cretin, Véronique Dimier, Lysiane Picard, MM Daniel Hervo et Maurice Roustain.


entree-grotte-des-nains
Un petit survol avec votre souris pour mieux voir l'entrée de la Grotte des Nains

Les fayôtes

Les légendes courent sur "les fayôtes", ces nains dangereux dont l'existence aurait entrainé la disparition des forêts sur ce versant de la vallée.

 

Faille naturelle

En fait, cette Grotte des Nains est une faille horizontale naturelle, de 8m de longueur, axée Sud-Nord, faiblement inclinée vers l'entrée. Elle se termine en pointe, en cul-de-sac de 15cm sur 15, alors que son ouverture aval mesure 3m de largeur avec un biais allant de 0,20 à 0,80m, clivage Ouest-Est à 30° dans des quartzites bleus. Il semble que cette séparation des plaques rocheuses ait été facilitée par l'érosion au froid d'une veine de quartz blanc qui c'est usée au contact de l'humidité ambiante et a été lessivée petit à petit, comme le prouve les quantités de sables et graviers accumulées sur le socle rocheux.
Seule la partie Est était accessible en raison de sa hauteur relative. D'autant plus que le large seuil s'abaissait en fosse; un mètre en arrière de l'auvent rocheux. L'érosion a du être plus importante au niveau de ce verrou naturel. Les marmottes s'étaient installées dans cette faille, même sur le côté plus étroit, qu'elles avaient encombré de déchets divers. Mais aucun mobilier n'a pu apporter la preuve d'une occupation humaine dans ce lieu.

 

Etude décevante

L'étude du remplissage de cette grotte a été décevante : quelques bouteilles en verre vides, un fragment de collier en cuir. Un seul tesson de lèvre redressée sur col rentrant, en pâte brune non tournée à gros dégraissant irrégulier a été découvert devant l'ouverture de la faille, dans les débris terreux rejetés vers l'extérieur par les marmottes. Nous n'avons pas dû suffisamment élargir la surface de fouilles devant l'entrée. D'autres pièces sont sans doute dans le sol à proximité. Cette céramique bizarrement isolée sans contexte était érodée en surface externe. Il faut sans doute l'associer à l'un des deux foyers fouillés à l'aplomb de l'auvent, sans mobilier.

 

Installation de berger

Nous gardons comme hypothèse une installation de berger à l'abri du vent qui souffle ici en permanence, même par beau temps.

 

Sensibiliser les enfants à notre patrimoine

C'est le premier site fouillé en altitude dans la vallée, et il a fallu adapter nos méthodes de travail au terrain et à l'isolement du chantier. C'était aussi notre première intervention en grotte. Nous avons tenté d'en faire un relevé le plus précis possible. Le résultat le plus important de cette recherche a été indéniablement de nous permettre de sensibiliser les enfants de l'école et les habitants des Chapelles à l'importance de la conservation de leur passé et à l'étude de leur patrimoine. Les "fayôtes" dont on trouve la tradition orale depuis La Côte d'Aime jusqu'à Vulmix en sont un élément digne d'intérêt.


Pierre Ougier-Simonin